Piaf-Tonnerre et ses amours


Spiegelberg















Piaf-Tonnerre autrefois s'engagea par amour,
Car en de certains jours il n'eut rien d'autre à faire ;
Ces amours, bien souvent, lui devinrent contraires,
Lui donnant de l'espoir et l'ôtant, tour tour.

Il fit dedans les yeux d'une brune séjour,
Car elle avait le coeur et l'âme débonnaires,
Mais d'un plus grand bonheur elle fut adversaire
Et son feu s'éteignit au bout de quelques jours.

N'y vois rien d'étonnant, cette histoire est commune,
N'en faisons pas reproche à l'injuste fortune,
Car elle fait métier de perte et déraison.

Piaf-Tonnerre qui rêve d'anciennes maîtresses
Voit au fond de la nuit les yeux de ces déesses,
Retrouvant les couleurs des anciennes saisons.