un exemple
Cochonfucius vu par Stéphane Cattaneo








Cette intervention est un exemple
du style de Io Kanaan quand il se prend pour un poète.



une île

C'est, tout près de la Chine, un coin de paradis,
Ça se passe au temps où peu de nous étaient chastes,
Les amours d'occasion ne semblaient pas néfastes,
Le monde, depuis lors, s'est un peu affadi.

Un pays merveilleux, cent poètes l'ont dit.
Des habitants très purs, ne formant nulle caste,
Beaux corps et ventres plats comme autant de gymnastes,
Ignorant tout à fait notre monde maudit.

Nous étions là-bas deux voyageurs ordinaires,
Vivant une passion nullement littéraire...
S'il y eut des amants fous, nous en avons été.

Que reste-t-il du feu de ces jours dans nos âmes ?
Ce qu'il reste d'un feu quand il n'a plus de flammes,
Ce qu'il reste en hiver des souffles de l'été.

* * * * *


  

dans le creux de la nuit

Danse onirique et noire, et pure, et silencieuse,
Cerveau unique où deux esprits sont enlacés ;
Un lien sans avenir, sans contact, sans passé,
Gardé par quatre cents missives sentencieuses.

Dans le creux de la nuit, interjections fiévreuses,
Désespoir de dormir à soi-même embrassé ;
Traversant en apnée, tel un grand cétacé,
La longue nuit d'hiver et ses fosses ombreuses.

Ermites vont plaidant une saine abstinence
Qui permettrait d'atteindre une humble transcendance ;
Le mérite survienne à qui survit ainsi.

Je m'assieds dans le noir, j'allume une lanterne,
Et je laisse flotter mes sentiments en berne :
La transcendance est là, dans cette voie aussi.

* * * * *